Vous êtes ici : Accueil > Historique > Prix et Médailles

4/ Instauration des Prix et des Médailles

Les Prix et médailles, une volonté d’encouragement spécifique au Salon. (Univers des Arts, Hors série n°1, juin 1996).

Il faut remonter à 1793 pour voir s’instaurer le système des récompenses. Le premier jury, pour l’attribution de celles-ci, fut nommé en 1849. Il comptait 40 membres dont Delacroix, Ingres, Corot, Isabey.

A cette occasion furent créées la médaille d’honneur puis la médaille de 1ère classe d’une valeur de 1500 francs-or, la médaille de 2ème classe d’une valeur de 500 francs-or et la médaille de 3ème classe, d’une valeur de 250 francs-or.

La mention “ honorable ” apparut en 1857, elle avait pour but de compenser le nombre insuffisant de médailles pour ceux qui l’auraient mérité.

Toujours dans un souci d’encouragement, on vit apparaître le “ Rappel de la médaille ”. Le but était de montrer à l’artiste qu’il avait bien maintenu son rang, car il n’était pas possible de lui attribuer deux fois la même récompense.

Le Catalogue : une grande innovation

Fontaine CarpeauxLes Quatre parties du monde
par Jean Baptiste CARPEAUX
Fontaine de l’observatoire à Paris
(Univers des Arts, Hors série n°1, juin 1996).
Le premier livret date de 1673, il n’en existe que trois exemplaires. Il faut attendre 1699 pour voir apparaître le second livret, comportant 23 pages. Son coût était de 2,50 F. Il n’en fut fait qu’une seule édition.

Le troisième livret date de 1704 et ce n’est qu’à partir de 1737 que le livret deviendra systématique pour chaque exposition.

C’est une innovation capitale qui permet de connaître le nom des artistes et des œuvres exposées.
Les premiers livrets, jusqu’en 1801, étaient organisés non par auteur mais suivant la topographie de l’accrochage ; ils comprenaient aussi des explications des ouvrages présentés.

De 1887 à 1914, parallèlement au livret officiel, sera édité le catalogue illustré par des dessins ou des photos d’artistes exposants.
S’enrichissant de plus en plus de reproductions, d’abord en noir et blanc en 1965, puis en couleur à partir de 1972, il comportera à partir de 1992 une photo de l’œuvre de tous les artistes exposants permettant ainsi aux visiteurs du Salon d’emporter chez eux une réplique miniature de l’exposition.

Actuellement, il est devenu l’élément indispensable, le prolongement de la manifestation terminée, un instrument de recherche et de documentation destiné à la postérité.

Créé par notre Salon, le livret est devenu le catalogue que nous trouvons dans toutes les expositions.

 

Page précédente

Page suivante